Les moulins à sucre après le démembrement du secteur sucrier
« Cuba ne vivra plus jamais du sucre. Cette industrie appartient à l'époque de l'esclavage. »

Entre 1976 et 2002, le sucre représentait les trois quarts des exportations de Cuba; les travailleurs Cubains — les plus productifs du monde — avaient produit jusqu'à 8 millions de tonnes — en une année de deux récoltes.

En 2002, conséquence directe de la baisse du prix du sucre sur les marchés mondiaux qui, depuis 1989, était tombé
de 13 à 6 cents US pour 500g (1 lb.) de sucre brut, le gouvernement de Cuba faisait part aux Cubains de son intention de démembrer l'industrie sucrière en réorganisant totalement le réseau des moulins à sucre et en remanier 1,38 million d'hectares à d'autres cultures.

Cuba était passé, en douze ans, du troisième producteur mondial de sucre après le Brésil et l'Inde au
10 rang derrière le Brésil, l'Inde, la Chine, la Thaïlande, le Pakistan, Mexico, Colombia, les U.S.A. et l'Australie.

Le ministre du Sucre de Cuba Ulises Rosales del Toro annonça qu'afin de réduire de 8 à 4 millions de tonnes, la production annuelle,
seules 85 des 156 centrales sucrières du pays demeureraient en opérations : 71 produiraient du sucre; 14 produiraient du sucre et de la mélasse destinés à l'alimentation du bétail. Quant aux 71 centrales azucarenas restantes, 61 seraient démantelées, 5 resteraient en réserve et 5 seraient converties en musées.

La production totale de sucre en 2003 — première depuis le démembrement — fut de 2,2 millions de tonnes métriques. « La récolte n'a pas atteint ses objectifs, » selon le Ministre de l'économie et de la planification le 23 décembre, première admission publique que la production avait été réduite de 40%, des 3,6 millions de 2002 et 3,5 millions en 2001.

MANQUE DE RESSOURCES
Le ministre blâma le manque de ressources, une mauvaise organisation et le climat pour les performances désappointantes et assurait que des mesures avaient été prises pour s'assurer que la prochaine récolte serait meilleure.

Selon le rapport du Lexington Institute, « en plus de fermer les installations inefficaces, de vastes étendues de terres arables furent soustraites à la culture du sucre. Les champs de canne à sucre furent classés selon
la qualité de leur sol et leur potentiel de production. Seules les plus productives furent conservées dans le but de hausser le rendement moyen de 32 tonnes à 54 tonnes de canne par hectare. »

Cuba dût éliminer (faire passer) quelque 100,000 travailleurs à d'autres activités ou aux études; la surface de cultivation est passée de 1 million d'hectares à 750,000.

Néammoins, 827,000 hectares restent plantés de canne. Avec ce programme, quelque
1,38 million d'hectares furent convertis à la production fruitière, légumes et autres produits de la ferme.

POUR L'HISTOIRE
Entre 1912 et 1931, selon Latin American Perspectives, plus de 300,000 travailleurs transportés de Haiti, la Jamaïque, la Barbade et d'autres îles des Caraïbes arrivèrent en masse pour servir de main d'oeuvre pour l'industrie sucrière cubaine en plein expansion.

C'est dans l'est de l'île, les provinces de Camaguey et Holguin que l'industrie sucrière était la plus active jusqu'à 2002 avec 59 des centrales azucareras; y survivent depuis, quelque 43 d'entre elles.

Durant les années 20 et 30, un certain George H. Walker Bush (l'oncle de George W. et frère de George) était directeur de sept entreprises qui exploitaient les travailleurs à Cuba tout en accumulant les profits : Cuba Company, the Cuban Railroad, Cuban-Dominican Sugar, Barahona Sugar, Cuba Distilling, Sugar Estates of Oriente et Atlantic Fruit & Sugar.

ÉTRANGE DICTATURE
« Étrange dictature qui, au lieu de licencier brutalement — selon les très démocratiques méthodes de nos si exemplaires démocraties — 100.000 travailleurs du sucre, prend la peine de les réunir, de les consulter, de modifier ses plans, pour ensuite restructurer la principale industrie du pays sans séisme social ni drame humain. » Danielle Bleitrach et Viktor Dedaj dans l'ouvrage Cuba est une île ici

«
Cuba ne vivra plus jamais du sucre. Cette industrie appartient à l'époque de l'esclavage. » Fidel Castro en janvier 2002



Le MINAZ a été démembré en 2011. Les moulins à sucre ou Ingenios — centrales azucareras de Cuba, par province : celles qui subsistent, les démembrées et celles transformées en musées.

La « Valle de los Ingenios » ou « Vallée des moulins à sucre », 15 km au nord de Trinidad. Y ont travaillé à une époque jusqu'à 10,000 esclaves.

La liste assez exhaustive des centrales toujours en opération en 2010 — après le demantèlement de 61 centrales depuis 2003. (Le numéro est assigné par la MINAZ.). Il en restait 56 au début de 2011.
PROVINCIA PINAR DEL RIO Localisation (Municipio) Ancien nom -avant 1959 Notes / Casas particulares à
Harlem - 102 Bahia Honda Bahia Honda Soroa
Treinta de Noviembre - 110 San Cristobal San Cristobal (de Julio Lobo) Pinar del Rio
Manuel Sanguilly - 106 La Palma Niagara Mélasse seulement
La Francia - ??? Los Palacios La Francia (de Julio Lobo)
Fermées depuis 2003 : Pablo de la Torriente Brau (à Bahia Honda), José Marti (à San Cristobal)

Haut de page - Sucre
PROVINCIA CIUDAD LA HABANA Localisation (Municipio) Ancien nom -avant 1959 Notes / Casas particulares à
Musée : Manuel Martinez Prieto -213 Marianao Toledo Musée et raffinerie

Haut de page - Sucre

Transport de canne à sucre en train à vapeur © heinz-buehler.ch
PROVINCIA LA HABANA Localisation (Municipio) Ancien nom -avant 1959 Notes / Casas particulares à
Abraham Lincoln - 101 Artemisa Andorra Soroa
Hector Molina Riaño - 203 San Nicolas Gomez Mena
Gregorio Arlee Manalich - 207 Melena del Sur Mercedita 16 km au sud de Guïnes — Photos ici
Boris Luis Santa Coloma - 212 Madruga San Antonio (de Julio Lobo) Photos ici
Habana Libre - 204 Caimito Habana La Habana
Comandante Manuel Fajardo - 202 Quivicán Fajardo Mélasse seulement
Fermées depuis 2003 : Amistad con los Pueblos (à Guïnes), Eduardo Garcia Lavendero aka El Pilar de Julio Lobo (Artemisa), Camilo Cienfuegos aka Hershey de Julio Lobo (Santa Cruz del Norte), Manuel Isla Perez (Nueva Paz), Augusto Cesar Sandino (Mariel), Pablo Noriega (Quivican), Osvaldo Sanchez (Guïnes), Ruben Martinez Villena aka Rosario de Julio Lobo (Madruga) : photos, Orlando Nodarse (Mariel), Portugalete (San Jose de las Lajas).

Haut de page - Sucre
PROVINCIA MATANZAS Localisation (Municipio) Ancien nom -avant 1959 Notes / Casas particulares à
Mexico - 301 Colon Alava Matanzas à 89 km
España Republicana - 310 Perico España Cardenas à 38 km
Jesus Rabi - 314 Porfuerza Calimete Matanzas à
Rene Fraga - 319 Colon Santa Rita Matanzas à 89 km
Juan Avila - 320 Union de Reyes Santo Domingo Matanzas à 52 km
Mario Munoz Monroy -324 Los Arabos (1986) Matanzas à 110km
Esteban Hernandez - 311 Marti Guipuzcoa Mélasse seulement
Cuba Libre - 306 Photos Pedro Betancourt Cuba Mélasse seulement
Musée : José Smith Comas
Cardenas Progreso Cardenas
Fermées depuis 2003 : Reynold Garcia aka Araujo de Julio Lobo (à Calimete), Australia (Jaguey Grande), Granma (Jovellanos), Puerto Rico Libre (Union de Reyes), Cuba Libre (Pedro Betancourt), Jaime Lopez (Jovellanos), Humberto Alvarez (Cardenas), Elena (Canasi), Esteban Hernandez (Marti), Fructuoso Rodriguez (Limonar), Seis de Agosto (Calimete), Puerto (Canasi), San Ignacio (Agramonte), Victoria de Yaguajay (Jovellanos), Julio Reyes Cairo (Jovellanos), Sergio Gonzales aka Tinguaro de Julio Lobo (à Colon), Horacio Rodriguez (Limonar), Zorrilla (Los Arabos).


Haut de page - Sucre


PROVINCIA VILLA CLARA Localisation (Municipio) Ancien nom -avant 1959 Notes / Casas particulares à
Abel Santamaria - 404 Encrucijada Constancia Santa Clara à 29 km
Jose Maria Perez - 411 Camajuani Fe Santa Clara à 29 km
Quintin Banderas - 427 Corralillo Ramona
Chiquitico Fabregat - 432 Remedios San Agustin Remedios
Panchito Gomez Toro - 434 Quemado de Güines San Isidro
El Vaquerito - 439 Cifuentes Santa Lutgarda Santa Clara à 32 km
Efrain Alfonso - 440 Photos Ranchuelo Santa Maria Santa Clara à 20 km
Diez de Octubre - 441 Photos Ranchuelo Santa Rosa Santa Clara à 20 km
Hector Rodriguez - 442 Sagua la Grande Santa Teresa
Carlos Balino - 446 Santo Domingo Eulacia
George Washington - 449 Santo Domingo Washington
Heriberto Duquesne - 401 Remedios Adela Mélasse seulement - Remedios
Perucho Figueredo - 426 Encrucijada Purio Mélasse seulement
Batalla de Santa Clara Camajuani (1986) en réserve
Juan Pedro Carbo Servia Placetas Fidencia en réserve
Musée : Marcelo Salado Caibarien/Remedios Reforma Caibarien et Remedios
Fermées depuis 2003 : Batalla de Santa Clara (dans Camajuani), Luis Arcos Bergnes (Camajuani), Mariana Grajales (Corazon de Jesus), José Maria Perez (Camajuani), Juan Pedro Carbo Servia (Placetas), Braulio Coroneaux (Cifuentes), Veintiseis de Julio (Santo Domingo), Emilio Cordova (Encrucijada), Osvaldo Herrera (Ranchuelo), José R. Riquelme (Quemado de Guïnes), Antonio Finalet (Sagua la Grande), Hermanos Ameijeiras (Placetas), San Pablo (Zulueta), Carlos Caraballo (Ranchuelo), Unidad Proletaria (Cifuentes), Bernito Juarez (Placetas).

Haut de page - Sucre
Ramassage de la canne - Carte postale de 1908
PROVINCIA CIENFUEGOS Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Mal Tiempo - 403 Photos ici Cruces Andreita Cienfuegos au s/o
Ciudad Caracas - 404 Lajas Caracas de Julio Lobo Cienfuegos au s/o
Guillermo Moncada - 406 Abreus Constancia Cienfuegos au s/o
Catorce de Julio - 416 Rodas Manuelita Cienfuegos au s/e
Elpidio Gomez - 425 Palmira Portugalete Cienfuegos au s/o
Cinco de Septiembre - 456 Rodas (1986) Cienfuegos au s/e
Antonio Sanchez - 409 Aguada de Pasajeros Covadonga Cienfuegos à 54 km
Marta Abreu - 433 Cruces San Francisco Centrale de réserve
Fermées depuis 2003 : Espartaco (dans Palmira), Parque Alto de Julio Lobo (Rodas), Primero de Mayo aka Perseverencia de Julio Lobo (à Aguada de Pasajeros), Pepito Tey (Cienfuegos), Ramon Balboa (Lajas), Marta Abreu (Cruces)

PROVINCIA SANCTI SPIRITUS Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Ramon Ponciano - 438 Fomento Santa Isabel aka Agabama, ou Escambray de Julio Lobo
Melanio Hernandez - 445 Taguasco Tuinicu
Uruguay - 512 Jatibonio Jatibonio la + productive du pays - 2009
FNTA (« Fénéta ») - 444 Trinidad Trinidad Trinidad
Obdulio Morales - 418 Yaguajay Narcisa Remedios -Caibarien
Fermées depuis 2003 : Remberto Abad Aleman (Cabaiguan), Siete de Noviembre (La Sierpe), Aracelio Iglesias (Yaguajay), Simon Bolivar (Yaguajay)




PROVINCIA CIEGO DE AVILA Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Enrique José Varona - 501 Chambas Adelaida
Orlando Gonzales Ramires - 503 Majagua Algodones Photos ici
Ecuador - 504 Baragua Baragua Photos ici
Ciro Redondo - 515 Ciro Redondo Moron Moron
Venezuela - 522 Venezuela Stewart
Primero de Enero - 524 Primero de Enero Violeta
Museo Patria o Muerte - 517 Moron Patria Moron
Fermées depuis 2003 : Bolivia (Bolivia), Maximo Gomez (Punta Alegre)


PROVINCIA CAMAGUEY Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Ignacio Agramonte - 502 Florida Agramonte Florida
Batalla de las Guásimas - 530 Vertientes (1980)
Jesus Suarez Gayol - 525 Santa Cruz del Sur (1983) en réserve
Carlos Manuel de Céspedes - 505 Carlos M. de Céspedes Céspedes
Argentina - 509 Florida Florida Florida
Brasil - 511 Esmeralda Jaronu
Sierra de Cubitas - 513 Minas Lugareño
Candido Gonzales - 519 Santa Cruz del Sur Santa Marta
Noel Fernandez - 520 Minas Senado en réserve
Fermées depuis 2003 : República Dominicana (Carlos M. de Céspedes), Haiti (Santa Cruz del Sur), Alfredo Alvarez Mola (Sibanicu),
PROVINCIA LAS TUNAS Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Columbia - 507 Colombia Elia
Jesus Menendez - 610 Jesus Menendez Chaparra Puerto Padre
Antonio Guiteras - 611 Puerto Padre Delicias Puerto Padre
Amancio Rodriguez -510 Amancio Francisco Sucre et mélasse - Amancio
Majibacoa - 642 Majibacoa (1987)
Fermées depuis 2003 : Peru (Jobabo), Algeria Libre (Manati)




PROVINCIA HOLGUIN Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Loynaz Hechevarria - 602 Cueto Alto Cedro
Lopez Pena - 604 Baguanos Baguanos
Nicaragua - 607 Banes Boston Banes
Cristino Naranjo - 608 Cacocum Cacocum Holguin
Antonio Maceo - 621 Cacocum Maceo Holguin
Urbano Noris - 631 Urbano Noris San German
Fernando de Dios - 639 Baguanos Tacajo
Musée : Rafael Freyre
(Histoire en español aqui)
Rafael Freyre Santa Lucia
(History page here)
Gibara, Holguin, Banes
Quelques vidéos de train de sucrières sur cette page
Fermées depuis 2003 : Guatemala (Mayari), Frank Pais aka Tanamo de Julio Lobo (Frank Pais)

PROVINCIA GRANMA Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Grito de Yara - 650 Rio Cauto (1982)
Bartolomé Masó - 615 Bartolomé Masó Estrada Palma Bayamo
Juan Manuel Marquez - 616 Media Luna Isabel
Arquimides Colina - 620 Bayamo Mabay Bayamo
Roberto Ramirez Delgado - 624 Niquero Niquero Manzanillo
Fermées depuis 2003 : Luis E Carracedo (Pilon), Francisco Castro Ceruto (Campechuela), José N Figueredo (Río Cauto), La Demajagua (Manzanillo), Renulfo Leyva (Yara)
Train chargé de canne - Yaguajay 1910
PROVINCIA SANTIAGO DE CUBA Localisation (Municipio) Ancien nom - avant la Revolucion Notes / Casas particulares à
Salvador Rosales - 601 Songo-La Maya Algodonal
America Libre - 603 Contramaestre America
Los Reynaldos - 605 Songo-La Maya Baltony
Paquito Rosales - 606 San Luis Borjita
Julio Antonio Mella - 623 Mella Miranda
Dos Rios - 625 Palma Soriano Palme
Chile - 633 San Luis Santa Ana
Fermées depuis 2003 : Rafael Reyes (San Luis)
PROVINCIA GUANTANAMO Localisation (Municipio) Ancien nom - avant 1959 Notes / Casas particulares à
Argeo Martinez 614 Guantánamo Esperanza Guantánamo
Manuel Tames - 630 Manuel Tames San Antonio Guantánamo
El Salvador - 638 El Salvador Soledad Guantánamo
Fermées depuis 2003 : Costa Rica (El Salvador), Honduras (Guantanamo), Paraguay (Guantanamo)


Source : Étude du Lexington Institute — « Cutting Losses: Cuba Downsizes Its Sugar Industry, » document gratuit sur le démantèlement de l'industrie, les espoirs de restucturation, les revenus potentiels pour les dérivés du sucre et comment une industrie réduite de moitié pourra faire partie de l'avenir du pays. Nombreux tableaux, graphiques et photos accompagnent le document. Source : http://www.cubagenweb.org/mills.htm

Détails: Philip Peters, Lexington Institute, 1600 Wilson Blvd. #900, Arlington, VA 22209. Tel: (703) 522-5828. E-mail: peters@dgs.net.

Téléchargez l'étude de 16 pages (en anglais) sur cette page :
http://lexington.server278.com/docs/cuba1.pdf

Potencial turístico - recreativo de la agroindustria azucarera cubana, Eros Salinas Chavez, fév. 2010 ici


Publié en 2010, la bio de John Paul Rathbone (dont la mère fréquentait la famille de Lobo à l'époque) raconte la vie et la fin du spéculateur Julio Lobo, ayant quitté l'île avec à peine sa brosse à dents après avoir refusé l'offre de Che Guevara en octobre 1960 d'un poste de contrôleur du sucre au sein du gouvernement pour $2000 par mois.

Croyant pouvoir un jour revenir sur l'île, il avait tout laissé sur place, incluant le contenu de ses maisons de La Habana et sa préférée, attenante à
la centrale sucrière Tinguaro près de Colon (Matanzas) où il recevait des vedettes d'Hollywood.

En exil d'abord à New York, puis à Madrid où il est mort et enterré, Julio Lobo (1898-1983), célèbre pour ses coups fûmants et sa spéculation constante — comme les traders actuels de Wall Street, démontre l'auteur — fut lâché par ses collègues qu'il avait fait ennemis, puis pourchassé par les prêteurs car son dernier achat (la centrale sucrière Hershey) n'avait pas été payé. C'aurait été la 17e centrale sucrière du « Sugar King of Havana » qui avait amassé, entre 1930 et 1959, quelque 5 milliards de dollars et la deuxième plus importante collection d'artefacts sur Napoléon Bonaparte. Durant ses ultimes années, il avait consenti à commanditer une des nombreuses tentatives d'assassinat sur Fidel Castro et racontait qu'il se sentait « plus heureux sans un sou » (en réalite, à peine $200,000) que lorsqu'il était multi-millionaire et contrôlait l'industrie du sucre et la vie de centaines de milliers de travailleurs.

Le Museo Napoleonico de Vedado, ré-ouvert au printemps 2011 fait brillamment état de son étonnante collection. Collection qu'avait voulu récupérer en 1975 Maria Luisa Lobo, une des deux filles de Roi du Sucre. Adolescente, Maria Luisa s'était liée d'amitié avec Celia Sanchez Manduley, fille du médecin de la centrale sucrière de Pilon (Granma) avant que Celia devienne la confidente de Fidel Castro; d'abord consentie, la récupération fut court-circuitée, raconte Rathbone, par le gouvernement de France — qui participa en grandes pompes aux cérémonies de ré-ouverture du musée.


Ré-activer l'industrie?
Le prix du sucre depuis 1970 • La Presse Affaires 220809
À 21 cents la livre en nov. 2013 (+ haut prix depuis 1972), faudra-t-il que Cuba ré-active des centrales ? — Lisez

L'OCDE prédit un prix médian de 20cts/lb la livre jusqu'en 2022. Lisez

L'institut cubain ICIDCA suggère d'utiliser la canne à sucre comme stimulant de plantes, comme biomasse et autres débouchés. Lisez

Entrevue en décembre 2013 avec Eduardo Casanova Cabeza de ICIDCA. Lisez

Fidel coupant la canne
Fidel coupant la canne

La mythique récolte de 10 millions de tonnes ne s'est jamais réalisée — Affiche du Museo de la Revolucion, La Habana
Aujourd'hui, les installations démembrées gisent sur des terres tristement belles dont plusieurs furent transformées en cultivars pour la renaissance de l'agriculture cubaine © Atelier Morales •]• Comme Don Quichote, Fidel a couru après des moulins, cette affiche en fait preuve. La mythique récolte de 10 millions de tonnes ne s'est jamais réalisée...

Revolucion organoponica
La nouvelle agriculture urbaine cultive sur des lopins de terre grands comme un mouchoir de poche (1 mètre sur 40 centimètres), des légumes à cycle court, des herbes aromatiques et des plantes médicinales. Les rendements ? “Trois fois plus élevés", affirment les cultivateurs : 300 000 tonnes de légumes en 2004. Vidéo de la BBC ici. Texte complet ici

En 2010, Humberto Rios Labrada, un Cubain se mérite l'équivalent du "Nobel vert" [le Goldman Prize] pour son projet de conservation des semences. Source

Revolucion biologica
“Il y a quelques années, une des coopératives de Colón, dans la province de Matanzas, a vendu d’énormes quantités d’antiparasitaires biologiques à l’Empresa de Tabacos, qui avait subitement découvert les bienfaits des insecticides végétaux pour ses cultures.

Elle a touché 3 000 dollars, une somme colossale pour l’île. Quand je suis allé voir le responsable de la coopérative, Elio Castellanos, il a couru vers moi en agitant le chèque et en hurlant : ‘Ça marche !’ Il avait beau avoir 70 ans, il était heureux comme un enfant. Texte complet ici


Comment Cuba a survécu à la surenchère des prix du pétrole. (Sur photo, lien au site états-unien) DVD disponible ici.


The Greening of Cuba
Medea Benjamin et Peter Ross, directeur adjoint de Food First/The Institute for Food and Development Policy, docteur en écologie de l’agriculture et professeur à l’Université de Stanford (Californie).
85 pages Langue: English
Éditeur Ocean Press ;
ISBN: 187528480X


Centrale Camilo Cienfuegos, devenue centre maraîcher


Centrale Primero de Enero


Moulin dans les années 40


Fabrication du sucre


Travail fait main


Charette et canne


Trabajadores


Combenado


Campesino à Jovellanos (AP)


El tractor


La centrale Esteban Hernandez dans Matanzas


Note bancaire (années 30), centrale Adela (Heriberto Duquesne) de Villa Clara


Central azucarero Urbano Noris à San Germán (Holguin)


Centrale Marcelo Salado (Reforma) devenue musée, entre Caibarien et Remedios


Raffinerie de la centrale Treinta de Noviembre (Pinar del Rio)


Centrale Treinta de Noviembre


Dans les années 30

Syndicat des travailleurs du sucre à Camajuani (Villa Clara)
Syndicat des travailleurs du sucre à Camajuani (Villa Clara)

Orozco ?
Orozco ?

Squelettique centrale
Squelettique centrale

Cortador, coupeur de canne
Cortador, coupeur de canne

Tout ça pour ça ...
Tout ça pour ça ...

Centrale Jesus Menendez à Chaparra dans Las Tunas
Centrale Jesus Menendez à Chaparra dans Las Tunas

Che Guevara, volontaire coupeur de canne
Che Guevara, volontaire coupeur de canne



Centrale Venezuela dans Ciego de Avila
Centrale Venezuela dans Ciego de Avila

Coupeurs de canne
Coupeurs de canne

Centrale Hector Rodriguez à Sagua la Grande, Villa Clara
Centrale Hector Rodriguez à Sagua la Grande, Villa Clara

Travailleur au milieu de la canne
Travailleur au milieu de la canne

Travailleur au milieu de la centrale
Travailleur au milieu de la centrale

Chargement de la canne coupée
Chargement de canne


Source des illustrations


Le sucre et l'esclavage


Lorsque régnait sa Majesté le Sucre



Mise à jour 12.01.2015